Photo de Alvaro Garcia, Journal "El Pais"

Le Regard: la clé pour comprendre l'amour entre Tristan et Isolde

Une des clés pour arriver au cœur de Tristan et d'Isolde est refléchir concernant à la signification du regard. Les yeux sont une des organes bien complexes de l'être humain, et donc il est régi par l'influence de plusieurs planètes : Uranus, Soleil, Lune, le signe de Bélier et les étoiles fixes Ascelli (dans Lion), Antares (dans Sagittaire) et Pléiades (dans Taureau). Néanmoins le regard, nous pouvons l'attribuer à Uranus. Les symboles qui composent les représentations planétaires sont 3 : le cercle, le demi - cercle et la croix. En partant du début que le symbole lui-même de chaque planète déjà indique leurs principales caractéristiques, nous aurons, dans des termes généraux, dans le cercle un rapport avec l'esprit, donc c'est la plus parfaite forme géométrique (complet dans elle même, sans commencement et ni fin), représente la totalité, la dimension du esprit ; dans la demi-lune un rapport avec la dimension de l'âme, donc est comme un récipient qui rassemble l'essence de chaque expérience, où se trouve et se développe des talents ; et dans la croix un rapport avec la matière, avec le corps humain, la crucification de l'esprit dans le plan terrestre. Regarder tous les planètes au-dessous :

Nous pouvons observer qu'URANUS est la seule planète qui porte tous les symboles, inclus les 2 demi lunes, c'est-à-dire, porte l'esprit, l'âme (en étant la lune elle-même, néanmoins ici les demi lunes opposées) et la croix. C'est-à-dire, le regard est un moyen d'accès à ce qui a de plus pur et profond de chaque être. Ça été le moment quand Tristan et Isolde ont accédé un à l'âme de l'autre,où tout a commencé, donc à travers le regard, à travers l'Uranus, c’es devenu possible une communication et une reconnaissance entre leurs âmes. Uranus offre don plus qu’un « accès », mais une révélation, quand, clair, il a « la clé » d'accès pour chaque être, c'est-à-dire, quand existe Amour.

Waltraud Meier chante "Wesendonk lieder" au Festival Saint Denis

Chère Waltraud, que privilège j'ai eu en participant de ce merveilleux récital : vous entendre à chanter dans la grande Cathédrale de Saint Denis (proche à Paris) un répertoire merveilleux, les " Wesendonk Lieder", chansons de notre chère Richard Wagner, qui enchantent nos coeurs… En comptant encore avec la poésie et l'interaction que Waltraud Meier crée avec la musique, l'environnement et tout qui a inspiré la composition de ces jolies chansons, c'est clair que nous avons eu une nuit inoubliable ! S'il était permis filmer ou non, je ne sais même pas, mais j'admets qu'il n'a voulu savoir… j'avais besoin d'enregistrer ces moments pour partager avec tous plus quelques moments avec cette "noble âme" qui a la divine mission de transmettre les plus jolies nuances et la magie laquelle porte chaque mélodie de l'oeuvre de Richard Wagner ! Encore une fois… merci beaucoup Waltraud !
video

Patrice Chéreau: terriblement humain!

Aujourd'hui j'ai revu la mise en scène de " Tristan und Isolde" ; qu'il a ouvert la saison du Scala de Milan à dezembre/2007. Quand j'ai eu l'occasion d'assister "live" par la télévision je rappelle que j'ai beaucoup aimé, malgré avoir trouvé la fin un "choc" ; (tout ce sang en sortant de l'Isolde! voir video.) video
Mais aujourd'hui, j'ai regardé avec tranquilité, et avec plus d'attention au mise en scène, où j'ai apperçu comme elle est "humaine, terriblement humaine" le point du vue de Patrice Chéreau. J'ai trouvé que dans des termes de scénario il était jusqu'acceptable, style traditionnel, un de telle façon froids, néanmoins qu'Isolde humain que il a créé ! Et clair, Waltraud Meier, dont il a "le dom" de comprendre exactement ce que le directeur de scène veut transmettre, a réussi à canaliser toute sa "force" ; pour se rendre fragile et sensible ! c'est un point de vue, sans aucun doute, mais je n'arrive pas à voir Isolde presque en pleurant dans le premier acte ! Je préfère voir que Isolde, réticent et perturbé, par le costume de Tristan, qui a tué son fiancé, néanmoins qu'elle l'aime dans secret, celle-ci en la prenant pour marier avec son oncle ! Elle, la princesse de l'Irlande, qui a connaissance des arts de " enlever et donner la vie" avec la magie de leurs baumes, Isolde veut des satisfactions, elle veut compreendre "porquoi" ! ce n'est pas un moment de fragilités ! Sans compter qu'Isolde, depuis le debout, elle est prête pour mourir, prête pour le sacrifice, pour aller jusqu'à la fin ! Au ce point que je crois que les directeurs de scène influencent beaucoup la propre compréhension du public, donc peuvent ajouter ou transfomar même des caractéristiques basiques des personnages. Je crois que Patrice Chéreau "a despersonifié" ; Isolde avec ce montage, en étant que, à la fin Isolde seulement pourrait "fissurer sa figure"! Je trouve tré bien l'idée d'apporter le mythe à notre réalité, mais je trouve qu'en s'agissant des oeuvres wagnériennes nous devons nous élever à la hauteur des mythes ! Qui , dans l'humanité, a la détermination d'Isolde pour aller jusqu'à la fin, soit dans laquelle ce sera ?

Parsifal et les grands Mythes: des cadeaux pour l'humanité




Parsifal peut-être est l'opera plus monumentel de toute l'histoire ! Il est évident qu'elle mérite un grand espace pour être travaillée entre nous ! Un des éléments qui plus me fascinent dans le "monde wagnérien" c'est la capacité de Wagner de travailler sur les grands mythes qui font partie de l'histoire de l'humanité. Je crois que c'est une idée erronée de supposer qu'un mythe est une invention de la fantaisie humaine, non fondée. Au contraire, un mythe est une boîte de mystères en contenant les plus profonds et précieux bijoux de la vérité spirituèlle, perles de beauté aussi rare et etérique qui ne peuvent pas rester exposé à l'intellect matérielle. " Donc, nous en recevons ce "cadeau" , néanmoins mêlées dans le symbolisme des mythes, pour qu'ils puissent travailler sur nos sentiments jusqu'à ce que nos intellects puissent comprendre (néanmoins avec maturité et un niveau de pureté conquise, pour laquelle ne faites pas "des bêtises" avec les révélations reçues), ainsi que nous enseignons à nos fils des concepts moraux à travers des histoires de fées, qui apportent beaucoup d'enseignements aussi, quand vus avec des yeux attentifs. Notre chéri Richard Wagner avec sa génialité a réussi à donner forme à ces structures mythiques et les trasmettre à travers de l'art, peut-être, la plus sublime : la musique ! ou comme lui il dirait : les drames musicaux !

Idées à propos des nouveau thèmes!

Laissez vous ici des idées des nouveau sujets pour en parler!

"Je veux m'envelloper pour mourrir"

Dès octobre 1854, Richard Wagner ecrivait à Lizst:
"Comme, pendant ma vie, je n'ai jamais vraiment goûte le vrai bonheur de l'amour, je veux élever un momument à ce rêve, le plus beau de tous les rêves, en écrivant un oeuvre dans laquelle, du début à la fin, l'amour aura toutes ses ivresses. J'ai dans la tête le plan d'un "Tristan et Isolde", et, dans les plis du grand voile noir qui flotte au dénouement, je veux m'envelopper pour mourrir."

Mise en scène : ecouter le public , pourquoi pas?


Chère Waltraud, voilà une confession à propos des mises en scène de notre temps! (ou de toujours, parfois...)
Je me demande pourquoi aussi tant d'innovations se parfois on n'arrive même pas a faire le simple, on peut dire, l'essentiel...
Bien sûr que les oeuvres wagnériennes, qu'ont la caracteristique du Richard Wagner, autant qu'il était du signe de Gemeau en ascendent aussi en Gemeau, ça veut dire, qu'il avait le dom de la multiplicité, des travailler nombreuses possibilités au même temps, la capacité de travailler en differents niveaux , differentes dimensions , ça nous donne quelques possibilités de "comprendre" celà qu'on veut à propos de ses oeuvres, en concernant depuis les différents interpretations jusqu'à differents mises en scène, mais ça peut être aussi "dangereux"... Loin de dire qu'une mise en scène doit être traditionnel pour être juste, elle doit tout simplement chercher l'extraordinaire au centre d'ordinaire, doit être intelligente, et donner des possibilités au public d'avoir une interaction avec l'oeuvre en laissant la musique parler pour elle même...
Parfois m'arrive des idées pour faire des mises en scène... je les partegerai avec vous.
Je crois aussi que pas mal des gens ont des idées aussi... porquoi on ne les travaille pas ensemble?
Voilà une espace pour en parler!! (L'image: Chateau de Neuschwastein, la salle de musique, où il avait les représentation des oeuvres wagnériennes)

"Dies süsse Wörtlein: und..."


Isolde chante au deuxième acte : "pourtant notre amour n'a-t-il pas nom Tristan - ET - Isolde? Ce petit mot tendre: "et", ce qu'il lie, ce lien d'amour..." . C'est interessant de percevoir qu'est l'unique oeuvre wagnérienne que nous transmetre une notion de couple, de dualité, de complementation. C'est avec Tristan et Isolde qu'on trouve la confrotation de masculin et feminin, confrontation qu'arriverai a une fusion, encore plus que la propre complementation. On commence avec l'opposition de Tristan et Isolde, la voyage où Tristan emmene Isolde a son oncle, une opposition par les convencionalismes, mais que devient dejà d'une première relation de "fusion", se on peut ainsi dire, qu'à eu déjà lieu quand Isolde a gueri la blessure de "Tantris". Mais, comme des vrais "opposés complementaires" cette relation de feminin et masculin, ses "éléments" que sont sorti par principe de une même unité, a besoin de "s'améliorer" pour pouvoir vraiment se fondre à nouveau, en unité. Et celà a besoin de quelques éléments: AMOUR, TRANSMUTATION, SACRIFICE. Voilà des éléments que vont se dévelloper pendant toute l'oeuvre.
Richard Wagner a écrit à Mathilde Wensendonk (03/03/1860) en disant que le quatre premières notes de l'hautbois sont comme le "souffle créateur divin" que se renverse dans l'Univers pour donner l'origine à la matière, ça veut dire que la force de l'amour que se renverse dans l'être humain est la force que lui donne le pouvoir pour créer.

Tristan und Isolde: Relations astrologique de personnages



Voilà Tristan und Isolde, l'oeuvre que travaille et travaille dans ma tète pour l'instant... d'abord ça que je trouve fondamental est compreendre la force de la personnage d'Isolde! Elle porte une force espirituelle prête pour la transcendance, elle est l'unique prête pour aller jusqu'au bout. On peut bien faire un rapport entre Isolde et le signe astrologique de Taureau (régence par la planète Venus) et le signe de Cancer (régence par la Lune). Elle porte la fragilité mais aussi la courage et determination, elle parle de sentimentalismes, des emotions mais avec une conviction complètement rationnel, ça veut dire qu'elle cherche, mais encore plus, elle a déjà trouvée son complement, et encore plus, est prête pour le rencontrer: le signe de Scorpion (régence par Mars et Pluton) complement de le signe de Taureau et le signe de Capricorne (régence par Saturne) complement de le signe de Cancer. Où nous avons les caractéristiques de Tristan, celui qui est le fruit de la tristesse de sa mère, celui qui a vencu le grand géant de l'Irlande, celui qui a sacrifié leurs sentiments pour livrer la femme aimée à son oncle aussi aimé, celui qui le devoir et les convencionalismos pour maintenir toute ordonnée et sur contrôle parle à plus sommet. Néanmoins la relation des signes complémentaires de taureau - Scorpion, qui indiquent une relation "avoir" ("utiliser") contre posséder, de superficialités contre profondeur, de l'amour contre décès, de la magie contre l'alchimie, de l'apparence contre la transcendance, de la passion contre le désir ; et des signes complémentaires de Cancer - Capricornio, structure familière contre structure mondaine, structure de base contre projection de vie, grands objectifs; émotionnel contre rationnel, sérénité contre inquiétude, enfin, toutes ces relations sont travaillées à quelque niveau par les personnages et exactement le fruit, qui est extraire maximum de ces relations en cherchant dû équilibre entre elles, est l'histoire de nos chéris "Tristan und Isolde". Trouvez vous des similitudes avec notre vie "reél"? Celles ne sont pas des simples coïncidences ! (continue)